Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Découvrir
Sofaxis - groupe Relyens
 

Home

Les effets psychologiques de l’isolement au travail

7 minute(s) de lecture | Published on 06/05/22

Les effets psychologiques de l’isolement au travail

Selon un article paru dans l’Encéphale, les effets connus des confinements sont l’ennui, l’isolement social, le stress, le manque de sommeil, l’anxiété, le trouble de stress post-traumatique, la dépression et les conduites suicidaires, les conduites addictives, les violences domestiques. Ces effets sont décrits par de nombreuses études mais la façon dont ces symptômes émergent est encore peu étudiée.

Des facteurs de protection et de vulnérabilité face aux confinements

Boris Cyrulnick dit que nous pouvons nous inspirer des expériences passées de cellules de confinement qui ont pu avoir lieu dans le sud de la France. Celles-ci ont fait ressortir plusieurs points tels que : « Les personnes qui réussissent à bien vivre le confinement sont celles qui n’ont pas accumulé de facteurs de vulnérabilité auparavant. »

  • Quels sont ces facteurs de vulnérabilité ?
    Une famille difficile, la précarité sociale ou encore des traumatismes antérieurs. Dans ces cas, les personnes présentaient des symptômes d’angoisse au bout de quelques heures de confinement, voire des hallucinations.
  • A l’inverse les facteurs de protection qui permettent de mieux vivre un confinement seraient une famille stable, des diplômes, un métier intéressant, une richesse de langage, un réseau amical. Les personnes dotées de ces facteurs de protection présentaient parfois des angoisses mais très longtemps après le début du confinement.

Le vécu au travail pendant les confinements

Les enquêtes conduites à propos de l’impact de la Covid-19 sur les conditions de travail, telles que le sondage réalisé par l’Ifop et Sofaxis - groupe Relyens pour Acteurs Publics (28 octobre 2020) donnent des pistes de réflexion.

La moitié des fonctionnaires interrogés juge que la qualité de vie au travail n’est pas prise en compte par leur collectivité. Ils souhaitent des améliorations concernant la relation avec leurs supérieurs hiérarchiques, des horaires et rythmes de travail adaptés et un management moins vertical.

La capacité de l’organisation à développer l’autonomie des agents permet de diminuer les risques psychosociaux et les effets négatifs de la crise sur la santé des agents.

Sur ce point, la communication joue un rôle très important sur la perception qu’a une population de la crise. Prenons l’exemple de la Suisse (enquête Swiss Corona Stress Study, 2020) : pendant cette période de crise, le gouvernement a mis l’accent sur la responsabilité individuelle. Cela a eu un effet très positif pour le maintien du sentiment d’autonomie.

Il est donc recommandé de mettre en place des mesures pour limiter l’impact des facteurs de stress, notamment chez les populations à risque. La communication doit être transparente, cohérente et faire appel à la responsabilité individuelle et collective.

Les groupes de professionnels et les facteurs d’exposition

Il faut distinguer plusieurs types de personnels et plusieurs situations professionnelles vécues :

  • Le management :
    Il a particulièrement été surchargé pendant cette crise : charge de travail supplémentaire, entretiens à distance, isolement vis-à-vis de leur équipe, de leurs collègues managers, protocoles à mettre en place, nouvelle organisation du travail, adaptation aux changements de cap du gouvernement…
  • Les personnels en isolement total, privés de leur emploi : culpabilité, sentiment d’inutilité sociale, isolement social, ennui…
  • Les personnels en travail à distance : longueur et multiplicité des réunions à distance ou au contraire sentiment d’isolement, crainte que le manager ne voit pas le travail réalisé entraînant une tendance à travailler plus, difficultés en termes de compétences digitales (sentiment d’être dépassé ou incompétent), difficultés d’atteinte des objectifs, difficultés d’organisation vie personnelle / vie professionnelle (avec des différences potentielles entre les femmes et les hommes : les femmes ayant plus l’habitude d’ajuster leur organisation du travail en fonction des contraintes personnelles). Une consultation sur le travail à distance en situation de crise conduite par l’Anact fait ressortir, un vécu plus difficile du télétravail pour les personnels en autonomie restreinte sur leur poste de travail.
  • Les personnels en continuité de service : sentiment d’inégalité de traitement vis-à-vis des personnels restant à domicile, sentiment de manque de reconnaissance, peur de contracter la COVID, de ne pas être suffisamment protégé, situation d’agressivité en contact avec le public…

Chaque situation professionnelle vécue a pu générer chez les agents des difficultés, des ressentis négatifs et avoir des impacts sur leur santé.

Quelques chiffres

48 h après le 1er confinement la ligne 119 de l’enfance maltraitée était surchargée, et le pic des violences conjugales avait atteint un niveau faramineux.

En Suisse, la moitié des personnes interrogées au cours de l’enquête Swiss Corona Stress Study, a indiqué une augmentation de leur niveau de stress durant le confinement (symptômes dépressifs ont touchés 3 fois plus de personnes).

Le sondage mené par l’Ifop et Sofaxis - groupe Relyens pour Acteurs Publics (enquête en ligne du 11 au 25 septembre 2020) montre qu’1 agent public sur 3 juge que ses conditions de travail se sont dégradées durant la crise sanitaire.

Les mesures de protection à mettre en place : que faire pour anticiper d’autres crises ?

La prévention pendant le confinement

Exemples d’actions pouvant être mises en œuvre à différents niveaux : Institutionnel / Managérial / Individuel

Institution Management Agent
Mettre en place un protocole sanitaire pour communiquer sur les mesures de protection à disposition des agents, le maintien des activités et les conditions de mise en œuvre. Garder le contact avec ses collaborateurs : une communication régulière permet d’évaluer le bien-être. Maintenir une activité physique régulière ; Entretenir ses relations sociales ; Se montrer solidaire et attentif avec ses collègues.
Mettre en place des partenariats avec des structures de soutien psychologique. Evaluer la charge de travail et l’adapter à chacun. Veiller à ce que chacun s’adapte aux nouveaux modes d’organisation. Adapter les horaires de travail si possible pour faciliter l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle. Éviter les émissions sur la crise sanitaire.
Améliorer l’organisation Reconnaître l’investissement des personnels et ne pas nier les difficultés surmontées. Tirer, avec eux, les enseignements de cette période. Evoquer librement, avec les collaborateurs, les difficultés liées au travail et les effets sur leur santé psychique. Considérer les différences individuelles, ne pas minimiser les ressentis négatifs. Se montrer à l’écoute et savoir détecter les « signaux faibles » indiquant une potentielle souffrance (au travail). Alerter son manager en cas de difficultés. Faire des propositions d’adaptation de son temps de travail, ses objectifs.

La prévention en déconfinement

Institution Management Agent
Rassurer et communiquer sur les protocoles sanitaires en place, les mesures de protection. Réaccueillir les équipes : établir un bilan de la situation vécue (points positifs, points négatifs) et repenser l’organisation du travail avec les collectifs. Communiquer régulièrement avec vos collègues et votre responsable pour maintenir des liens d’entre-aide et de collaboration.
Mieux structurer le travail à distance ponctuel ou régulier pour éviter les situations difficiles voire la mise au chômage partiel faute d’équipements et d’organisations prévues pour télétravailler. Privilégier des actions favorisant les échanges et la cohésion d’équipe. Repenser l’organisation du travail en collectif. Communiquer sur les bonnes pratiques, vos souhaits d’évolution, vos craintes.
Porter et instaurer des moments d’échanges entre les collaborateurs, entre les managers pour faire le bilan de cette période et favoriser une organisation saine (ateliers de co-développement, réunions d’équipes, formations, sensibilisations…).   Faire appel aux relais prévention au sein de votre organisation en cas de difficultés : manager, direction, services de santé au travail.

Le numéro vert 0 800 13 00 00 « écoute, soutien et conseil aux télétravailleurs » pour les salariés qui se sentent particulièrement isolés ou vivent difficilement le télétravail.

Service téléphonique anonyme, gratuit et ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :
L’Encéphale, Volume 46, Issue 3, Supplément, June 2020, Pages S43-S52
Article de recherche : Conséquences psychopathologiques du confinement Psychopathological consequences of confinement.
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/ S0013700620300750

SOFAXIS - GROUPE RELYENS VOUS ACCOMPAGNE AVEC :

  • des programmes de soutien psychologique (REPERE, REACTION, ATLAS)
  • le dispositif RESILIENCE
  • des formations en lien avec cette thématique (prévention des RPS, gestion des situations difficiles, conduite du changement, management, entretien de ré-accueil) et des parcours de formation en e-learning (Mieux communiquer et gérer les conflits, la prévention des RPS) www.sofaxis.com/formations

La santé au travail de vos agents,
composante essentielle de la performance durable
de votre structure