Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités

Home

Le workaholism : comment se manifeste-t-il dans le secteur public

7 min | Published on 05/07/17

Le workaholism : comment se manifeste-t-il dans le secteur public

Le travail est majoritairement reconnu comme une des activités indispensables à la construction et à l’évolution de la personnalité. La pratique d’une activité professionnelle a, dès lors, des incidences sur la santé, qui peuvent être directes ou indirectes, positives ou négatives. Si les troubles musculo-squelettiques et psychosociaux seront bien sûr considérés comme des conséquences négatives, en revanche, la stimulation intellectuelle, l’accomplissement de soi et la construction de relations sociales comptent parmi les incidences positives.

Ce lien indissociable entre travail et santé a fait l’objet d’études visant notamment à décrire certaines pathologies inhérentes à la pratique même d’une activité professionnelle. En effet, le travail peut amener des déviances chez celui qui cherchera à en exacerber le caractère gratifiant ou à y trouver une satisfaction excessive. On parle dès lors d’addiction au travail, ou de « workaholism » (terme anglais introduit par le psychologue américain W. Oates en 1971).

Une étymologie insoupçonnée

Le terme « travail », s’il est quotidiennement employé par les francophones dans des contextes divers, est issu d’une étymologie méconnue, mais appartient à un champ lexical marqué par une cohérence surprenante.

Parmi les définitions que nous proposent les différents dictionnaires de référence, nous retiendrons la suivante : Ensemble des activités humaines organisées, coordonnées en vue de produire ce qui est utile ; activité productive. Cette définition correspond à la perception la plus partagée aujourd’hui. Les notions d’activité collective, d’organisation, de production et d’utilité y sont contenues. Elle généralise même à la notion d’« activité productive », qui étend le concept à quelque chose de potentiellement plus abstrait, tel que le travail de l’esprit.

Pour nous extraire de la perception actuelle de ce vocable, et voir à quelles racines nous le devons, nous pouvons nous pencher sur son étymologie. Cette étude nous apprend que le mot travail vient du terme latin tripalium, qui désignait un instrument de torture à trois pieux. La notion de « travail » a effectivement été longuement perçue comme péjorative, le verbe « travailler » ayant même été longtemps un synonyme de « tourmenter ».

Cette étymologie, potentiellement source de plaisanteries au sein des entreprises, reste étonnamment présente dans notre expression actuelle, et semble même avoir évolué pour devenir très contemporaine. En effet, si le travail se réfère à un tourment qui était autrefois imposé à un tiers, il semble aujourd’hui s’être partiellement retourné contre celui qui le pratique. Une personne effectuant une activité professionnelle perçue comme étant excessive n’est-elle pas désignée comme un « bourreau de travail » ? La notion de travail pratiqué suivant une intensité délétère et volontaire semble donc inscrite dans les racines mêmes du terme, et nous mène au concept d’addiction au travail.

Des conséquences aisées à constater mais parfois paradoxales

L’addiction au travail compte parmi les addictions sans drogues, et se qualifie donc de comportementale. Elle se caractérise, comme toutes les addictions, par une perte de contrôle chez celui qui la subit. Cette perte de contrôle expose dès lors à des conséquences potentiellement négatives de plusieurs ordres. Ces conséquences peuvent être familiales, avec le sentiment pour les proches d’être secondaires voire négligés, et de ne pas être entendus. Ce constat peut s’étendre directement à la sphère sociale pour des raisons comparables.

Indépendamment de ce point, les conséquences professionnelles existent également, avec des incidences parfois négatives sur l’équipe, dont les membres peuvent estimer que celui qui est atteint d’addiction au travail tire abusivement les objectifs professionnels vers le haut. Cela peut amener des comparaisons (voire des pressions) entre les agents par l’encadrement, ayant pour but l’amélioration de la productivité du collectif.

Ainsi, nous avons pu constater cette recherche de performance chez un agent des services hospitaliers, qui cherchait à démontrer qu’il était possible de réaliser quotidiennement l’entretien de nombreuses chambres. Cette posture était régulièrement citée par la direction lorsque d’autres agents se plaignaient du rythme et demandaient davantage de personnel. Une confusion sur ce qui était réellement attendu (niveau de qualité notamment) s’était installée chez les agents. 

Enfin, cette addiction peut, selon son degré d’intensité, avoir des incidences négatives sur la santé, en favorisant l’exposition à un stress intense (cf. cas du burn-out exposé ci-après).

Malgré ses conséquences négatives, aisément identifiables, l’addiction au travail se caractérise par deux principaux constats. Cette pathologie n’apparait pas dans la classification internationale des maladies de l’OMS, malgré ses incidences pouvant faire intervenir la sphère médicale (cas de l’épuisement professionnel, ou « burn-out »).

Par ailleurs, cette addiction se caractérise par un aspect spécieux voire paradoxal, relatif à l’image positive qu’elle peut induire, à la différence des autres pathologies, souvent perçues comme étant liées au vice. En effet, une personne s’exposant à un rythme de travail excessif pourra prétendre à un niveau social important et renvoyer ainsi à des valeurs positives. L’employeur pourra également voir chez son employé souffrant d’une addiction au travail une opportunité de pratiquer le stakhanovisme, valorisant son engagement professionnel auprès du reste du collectif et l’encourageant à poursuivre dans cette voie.

Pour rappel

Le lien indissociable entre travail et santé a été l’objet d’études visant notamment à décrire certaines pathologies inhérentes à la pratique même d’une activité professionnelle. En effet, le travail peut amener des déviances chez celui qui cherchera à en exacerber le caractère gratifiant ou à y trouver une satisfaction excessive. On parle dès lors d’addiction au travail, ou de « workaholism ».

Une addiction au travail favorisée par des facteurs extérieurs

Si l’addiction au travail est comportementale et qu’elle reste inhérente à une forme de choix, il n’en est pas moins vrai que des facteurs extérieurs en favorisent l’apparition. Ainsi, dans une mairie d’Île-de-France, des difficultés d’ordre privé d’une responsable de service l’amenaient à avoir des amplitudes de travail quotidiennes de quinze heures, suscitant l’inquiétude de son équipe.

La première catégorie de facteurs professionnels se rapporte bien sûr à l’intensité du travail. L’imprévisibilité des tâches, l’exigence due aux délais ou la charge en elle-même participent donc à une colonisation progressive du fonctionnement mental par l’activité professionnelle.

Le deuxième facteur se rapporte à la clarté des différentes limites du poste. Les horaires sont-ils connus à l’avance ou systématiquement allongés ? La connexion est-elle permanente ? Les périodes de congés sont-elles respectées ? Les astreintes perturbent-elles la conciliation entre les vies privée et professionnelle ? Les missions sont-elles précisément définies ? Le professionnel est-il amené à gérer plusieurs postes ?

L’engagement financier dans le travail et le niveau de responsabilité constituent la troisième catégorie de facteurs favorisant l’addiction au travail. Une forte responsabilité directement liée à la qualité du service public rendu est pleinement inscrite dans cette catégorie. On retrouve par exemple la qualité de prise en charge de patients ou de résidents, avec la responsabilité inhérente à cette haute responsabilité. Dans le monde territorial, c’est notamment le contact régulier avec les usagers qui peut favoriser l’émergence de cette addiction. 

Il est nécessaire de relativiser les caractéristiques de la précédente énumération. En effet, chaque personne amenée à exercer une activité professionnelle peut voir sa situation de travail se qualifier par un ou plusieurs de ces aspects, sans pour autant souffrir d’addiction au travail. Il est nécessaire que ces facteurs extérieurs soient accompagnés de manifestations comportementales pour que l’on puisse réellement parler de pathologie.

Reconnaitre un cas de workaholism

« La vie n’est pas le travail, travailler sans cesse rend fou ».

Charles de Gaulle
Militaire et Homme d'Etat français

Cette phrase nous indique avec précision que l’addiction ne se constate pas au travers des conditions de travail ou de son intensité, mais bien par le comportement d’une personne et de son rapport au travail. Ce dernier est alors utilisé pour gérer une angoisse, amplifiée pour celui qui souffre d’addiction lorsqu’il lui est impossible de travailler (problème informatique par exemple).

Une personne victime de cette addiction négligera les recommandations qui pourraient lui être faites par son entourage ou par le corps médical.

L’addiction au travail se manifeste également par la négligence des projets personnels et des centres d’intérêt au profit de l’activité professionnelle. Les cas les plus marqués s’illustrent par le choix du maintien d’un rythme de travail délétère malgré une incidence négative sur l’état de santé qui n’est pas remise en question. La personne souffrant d’une telle addiction reconnaissant qu’elle a besoin de cette activité.

L’addiction au travail se manifeste également par la négligence des projets personnels et des centres d’intérêt au profit de l’activité professionnelle. Les cas les plus marqués s’illustrent par le choix du maintien d’un rythme de travail délétère malgré une incidence négative sur l’état de santé qui n’est pas remise en question. La personne souffrant d’une telle addiction reconnaissant qu’elle a besoin de cette activité.

Un test a été créé pour déceler cette addiction (Work Addiction Risk Test), par le biais de l’administration d’un questionnaire, dont voici un extrait

  • Je prends des engagements qui dépassent mes capacités de travail.
  • Je me sens coupable quand je ne travaille pas.
  • Je suis plus intéressé par le résultat final que par la manière d’y arriver.
  • Je suis irrité quand les personnes de mon entourage ne correspondent pas à ce que j’attends d’elles.
  • Il m’est difficile de me détendre quand je ne travaille pas.

Toutes les questions sont ainsi tournées vers le professionnel et non vers son activité.

Pour conclure

Chaque professionnel peut être confronté à un ou plusieurs critères rappelant ceux de la dépendance au travail, mais c’est la permanence de l’état qui est pathologique et les manifestations comportementales qui induisent l’addiction. Il est néanmoins important de souligner que des facteurs d’ordre professionnels ou externes peuvent favoriser l’émergence de cette addiction.

Cette addiction, qui n’est en rien causée par une dépendance physiologique (addiction « comportementale ») permet un autre regard sur le travail. En effet, elle permet de voir ce dernier comme une activité nécessaire à la construction de la personne, aux bénéfices de laquelle certains professionnels cherchent parfois à se surexposer, provoquant troubles de santé et état pathologique.

Pour continuer la lecture sur une thématique Santé au Travail

La Qualité de Vie au Travail, et les enjeux de la santé au travail représentent des centres névralgiques pour les acteurs de la santé. De la bonne organisation et gestion des conditions de travail des agents découlent soit une plus grande efficacité, soit des perturbations des services. Les experts Sofaxis ont participé à l'étude de ces enjeux de la santé au travail :

Merci pour votre intérêt pour le travail des experts Sofaxis ! Si cette thématique dédiée à la santé au travail vous intéresse, n'hésitez pas à consulter l'article qui traduit le mieux les problématiques de prise en charge d'évènements potentiellement traumatiques.