Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Découvrir
Sofaxis - groupe Relyens
 

Home

La protection sociale peut être un vrai levier d'attractivité pour les métiers de la Fonction publique

5 min | Published on 21/04/22

La protection sociale peut être un vrai levier d'attractivité pour les métiers de la Fonction publique

Vincent Lelong, Directeur général de Sofaxis - groupe Relyens, livre dans une interview donné au CRAPS, le Cercle de Recherche et d'Analyse sur la Protection Sociale, sa vision de la Protection Sociale Complémentaire (PSC) qui doit être perçue comme un dispositif pour favoriser l'attractivité des collectivités, diminuer l’absentéisme, au service d’une meilleure délivrance des missions du service public.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le Groupe Relyens et son histoire ? 

Le Groupe puise ses racines au sein même du monde hospitalier avec la création de Sham en 1927 par et pour des Directeurs d’hôpitaux. Le Groupe s’est ensuite constitué avec le rapprochement en 2013 entre Sham et Sofaxis, puis son développement en Europe à partir de 2014, d’abord en Espagne, puis en Italie et en Allemagne. 

Relyens est aujourd’hui le Groupe mutualiste européen de référence en Assurance et Management des risques au service des acteurs de la Santé et des Territoires. Il accompagne à ce titre plus de 34 000 clients et sociétaires (hôpitaux, établissements médico-sociaux, collectivités territoriales etc.) pour sécuriser leur activité et garantir la continuité et la qualité de leur mission d’intérêt général, à travers une approche globale en Management des risques unique en Europe, au bénéfice des patients et des citoyens.

Ces dernières années, nous avons pris un virage technologique avec le développement de solutions sur mesure et innovantes, combinant des solutions de prévention, de pilotage des risques et d’assurance.
Cette expertise, couplée à notre ADN mutualiste et nos engagements liés à notre qualité d’Entreprise à Mission, viennent nourrir les orientations stratégiques de Relyens pour contribuer concrètement à la société durable de demain. C’est dans cet esprit que nous sommes heureux d’adhérer au CRAPS et de pouvoir prendre part aux réflexions et débats sur les transformations et les enjeux de la protection sociale. 

Concrètement, quel est l’impact de l’offre du groupe Relyens sur l’action des personnes couvertes, quelle est l’évolution de leurs risques ? 

L’offre de Relyens s’inscrit dans une approche globale de maitrise des risques et nous nous efforçons de regarder bien en amont des sinistres afin de les anticiper. Ce travail sur les risques contribue concrètement à garantir la bonne délivrance des missions d’intérêt général dans le secteur de la santé et du monde territorial. 

Prenons l’exemple du territorial pour qui la gestion des absences au travail pour raison de santé est aujourd’hui un enjeu majeur pour les politiques RH des collectivités. L’offre de valeur Relyens s’appuie sur des leviers, tels que la qualité de vie au travail et la santé mentale des agents, afin de servir l’objectif d’amélioration des conditions de travail et d’attractivité des collectivités territoriales. Le maintien en emploi des agents et de performance des organisations implique une méthodologie d’évaluation et d’analyse, d’outils de suivi et des plans d’actions que nous proposons pour permettre aux organisations publiques d’intégrer au sein de leur politiques RH une réelle dimension préventive. Ainsi, 60% des agents en difficulté et ayant eu besoin de soutien psychologique, d’un accompagnement social ou d’un service de coaching restent en activité un an après avoir suivi nos programmes d’accompagnement au maintien/retour à l’emploi.

Côté hospitalier, il est indéniable que la mutation numérique de l’hôpital offre de nouvelles perspectives pour les établissements de santé, notamment en matière d’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients. Nous accompagnons ainsi nos sociétaires dans leur transformation digitale, notamment au bloc opératoire avec la solution CareSyntax, qui se consacre à rendre la chirurgie plus intelligente et plus sûre grâce à sa plateforme technologique. Ces innovations ouvrent de nouvelles voies d’apprentissage, de formation et de perfectionnement de pratique médicale qui doivent être saisies, notamment pour la chirurgie qui représente 42,5% des sinistres. Cette démarche nous permet de mieux analyser le risque médical au bloc opératoire et de le réduire.

In fine, notre offre sera toujours orientée vers la réduction du risque impactant les services délivrés auprès de la population afin de protéger les agents, les patients et les citoyens.

Le groupe Relyens investit sur l’exploitation de la data et de l’intelligence artificielle. Comment ces technologies innovantes pourraient-elles avoir une incidence à court et long termes sur une gestion du risque performante ? 

Cette gestion du risque performante passe avant tout par une meilleure compréhension du risque. Relyens n’a d’ailleurs pas attendu le développement des nouvelles technologies pour renforcer ses compétences sur ce terrain. Fort de plus de 35 ans de données sur l’absentéisme dans la fonction publique territoriale, Sofaxis - groupe Relyens publie chaque année le Panorama « Qualité de vie au travail et santé des agents dans les collectivités territoriales » afin de mieux informer l’écosystème du monde territorial sur les statistiques d’absences au travail et des enjeux du moment. Cette mesure et cette connaissance du risque doivent bien entendu être continuellement améliorées et optimisées notamment par de nouveaux outils de data et d’intelligence artificielle qui permettent d’identifier les signaux faibles pouvant impacter les conditions de travail des personnels de manière significative. 

Télécharger le Panorama 2021

Nous estimons que c’est par une approche prédictive innovante et en temps réel que nous pourrons être au cœur du risque afin de mieux le prévenir et le traiter. Ces dernières années Relyens collabore avec plusieurs partenaires pour mettre en œuvre ces outils, notamment avec la start-up barcelonaise Amalfi analytics, plateforme technologique dédiée à la prédiction de l’absentéisme non programmé lié aux contraintes des établissements de soins, et la start-up française Manty qui propose des solutions basées sur des algorithmes et de l’IA accompagnant les administrations dans le pilotage de leur performance. 

Notre système de protection sociale a connu de nombreuses mutations et réformes ces dernières années. Quels sont selon vous les grands enjeux de celui-ci ?

A la lumière de ce que nous pouvons observer sur nos deux marchés stratégiques, à savoir le territorial et l’hospitalier, nous identifions trois grands enjeux.

  • Tout d’abord démographique. L’accélération des mutations consécutives aux différentes réformes des secteurs territorial et de santé, le vieillissement de la population active et l’allongement de la vie professionnelle provoquent des évolutions significatives dans les ressources humaines. Comment faire en sorte que les agents restent compétents et motivés tout au long de leur vie professionnelle tout en conservant une bonne santé ? Comment éviter de gérer des situations de reclassements pour des personnes en fin de carrière que l’on peut difficilement accompagner sur de nouveaux métiers ?
  • Ensuite la précarisation des métiers est un défi auquel la protection sociale devra répondre. Il s’agit de traiter les agents avec équité afin de garantir leur protection en cas de pépin de santé ou d’aléas de la vie. Ce sujet rejoint également les questions de pouvoir d’achat, notamment au travers de la participation financière des employeurs à la protection sociale complémentaire de leur personnel. La protection sociale peut ainsi être un vrai levier d’attractivité pour les métiers de la fonction publique qui souffrent d’un faible engouement et dont les conditions d’exercice méritent d’être requestionnées. 
  • Enfin la modernisation des dispositifs de protection sociale soulève également de nombreuses questions. Face à l’augmentation de la demande de soin, des coûts des soins de santé, qui deviennent plus complexes, et le manque croissant de professionnels de santé, particulièrement affectés par les effets de la crise sanitaire, la digitalisation, le partage, l’accès et le traitement de la donnée sont des transformations essentielles à mettre en œuvre.
     

Enfin, plus particulièrement, quel regard portez-vous sur la réforme de la protection sociale complémentaire dans la Fonction publique ? Cette réforme soulève-t-elle des points de vigilance particuliers ? 

Nous saluons la mise en œuvre de la réforme de la protection sociale complémentaire, qui se concrétise depuis la publication de l’ordonnance en février 2021. En tant qu’acteur mutualiste présent sur les trois versants de la Fonction publique, nous considérons que cette réforme est une véritable avancée sociale pour les agents. Levier majeur de la santé au travail et du bien-être des personnels de la fonction publique, la réforme de la PSC devra permettre aux agents de bénéficier d’une offre de qualité avec un accès aux soins facilité, élargi et financièrement accessible grâce à une contribution significative de l’employeur public permettant un gain de pouvoir d’achat.
Nous considérons également que la PSC s’inscrit comme un dispositif pour favoriser l'attractivité des collectivités, diminuer l’absentéisme, au service d’une meilleure délivrance des missions du service public.

Une fois le cadre réglementaire posé, la mise en œuvre de la réforme soulève plusieurs enjeux et nous estimons que les nouvelles modalités des contrats PSC dans la Fonction publique devront adresser trois points en particulier : 

  • La couverture en prévoyance, qui demeure une question particulièrement prégnante au vu de la pénibilité et des risques auxquels les métiers de la Fonction publique sont exposés. Seule la FPT impose une participation financière employeur plancher à hauteur de 20% d’un montant de référence, ce qui n’est pas le cas des autres versants. La prévoyance doit pleinement faire partie des discussions et des négociations à venir dans les différents versants. 
  • La question de l’adhésion obligatoire des agents à un contrat PSC. Si celle-ci est pleinement consacrée dans la fonction publique d’Etat dans le cadre du dialogue social, ce n’est pas le cas dans les autres versants. Nous attirons l’attention des acteurs de la négociation collective qui seront amenés à définir les modalités des contrats PSC sur le fait que l’approche obligatoire permet une meilleure mutualisation du risque et des garanties plus avantageuses et protectrices pour les personnels. A ce titre elle doit être considérée lors des négociations qui seront menées au niveau des collectivités territoriales et des établissements de santé. 
  • Enfin, en lien avec l’esprit initial de la réforme vers la convergence des dispositifs PSC entre les trois versants et avec ceux du secteur privé, le rythme d’application de la réforme pose question. En effet, les dates d’application fixées dans l’ordonnance s’étendent entre 2022 et 2026, ce qui engendre une trop longue période de transition avec des inégalités de traitement entre les fonctions publiques. Les employeurs publics volontaires doivent pouvoir s’engager dans une phase transitoire d’application de la réforme pour une mise en œuvre progressive et ainsi limiter l’écart entre les fonctions publiques, avec des versants déjà plus avancés que d’autres dans la formulation de cahier des charges des contrats PSC.

Chaque jour Relyens et ses marques référentes, Sham et Sofaxis s’investissent aux côtés des acteurs de la santé et des territoires avec des solutions sur mesure et innovantes, combinant des offres de services et d’assurance pour sécuriser leur activité, protéger leurs personnels, et garantir la continuité de leur mission d’intérêt général.

Découvrez l'offre sur-mesure
de Sofaxis - groupe Relyens pour
la protection sociale complémentaire

contactez-nous