Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités

Home

Fiches Prévention

Télétravail et confinement : attention à la sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire se manifeste par des picotements au niveau des yeux, des troubles de la vision, des migraines… Elle peut notamment être causée par le manque d’humidité sur la cornée : manque lié à différents facteurs tels que l’humidité environnante, les écrans, etc.

Les ophtalmologues ont remarqué une hausse du nombre de patients souffrant de sécheresse oculaire depuis les différentes périodes de confinement.

Deux principales causes peuvent être mises en avant :

  • le taux d’humidité plus faible en intérieur qu’en extérieur qui a tendance à assécher l’œil,
  • le port du masque qui assèche les yeux car l’air expiré ressort par le haut du masque en direction des yeux.

Outre le taux d’humidité et le port du masque, le travail sur ordinateur a également un impact important sur nos yeux. En effet, lorsque l’on travaille sur ordinateur, le réflexe de clignement des yeux a tendance à être oublié, accentuant le risque de sécheresse oculaire. Selon un sondage Ophtalmic réalisé par l’Ifop, le nombre d’heures sur écran a considérablement augmenté et peut arriver à 10 heures par jour pour certaines personnes.

 

Afin d’éviter ce problème, pensez à adopter les bons réflexes :

  • Etre attentif au choix de son masque, afin que ce dernier soit adapté à son visage.
  • Utiliser des collyres lubrifiants.
  • Aérer les pièces afin d’humidifier l’air.
  • Eviter la climatisation et le ventilateur dirigés directement vers le visage.
  • Opter pour un humidificateur d’air.
  • Adapter l’écran : sa position doit être optimale (ni trop près, ni trop loin), ainsi que sa luminosité mais aussi celle de la pièce dans laquelle on se trouve.
  • Faire des pauses pour profiter de la lumière naturelle.

Pensez à ce moyen mnémotechnique avec la règle anglo-saxonne des 3x20 : 

Faire une pause de 20 secondes toutes les 20 minutes en regardant à 20 pieds, soit environ 6 mètres.

Off
Santé au travail
5
minute(s)

Durant cette période particulière de crise sanitaire, nos yeux sont soumis à des facteurs externes qui peuvent les agresser et ainsi provoquer des sècheresses oculaires.

7
sècheresse oculaire
Update date
Display update date ?
Off

Déconfinement et retour au bureau : quelles craintes et quels accompagnements ?

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Quelles peuvent être les craintes ?

Peur de la contamination, attitude de jugement, panique dans les transports, longue réadaptation au travail, besoin de surconsommation, comportements impulsifs et excessifs (par surcompensation)... Les craintes peuvent être nombreuses, mais pour la majorité d’entre nous le déconfinement et le retour au travail se dérouleront sans encombre. Nous sommes tous doués de capacité d’adaptation ! Pour autant, cette période n’est pas anodine et selon certains psychologues,on pourrait craindre une augmentation des phobies sociales comme l'agoraphobie (peur de la foule, d'un lieu d'où il est difficile d'être secouru), l'anthropophobie (la peur des gens), la blemmophobie (peur du regard des autres, d'être jugé ou perçu comme anormal) ou encore le syndrome de la cabane, aussi appelé le syndrome de l'escargot (peur de sortir de son lieu d'enfermement, préservé de toutes agressions extérieures).

Quelques points de repères

Face à un événement potentiellement traumatisant, les personnes peuvent suivre plusieurs phases qui vont varier en temps selon les personnes. Votre rôle en tant que manager : normaliser les situations et les réactions phase après phase.

Comment détecter et accompagner ?

Après avoir pris contact avec les agents et déterminé avec eux leurs conditions de reprise, de sécurité, de priorité d’actions et de tâches, vous allez les accueillir. Quelques idées pour favoriser la prévention des RPS :

  • Organiser un temps d’entretien individuel afin d’aborder avec lui son vécu, ses ressentis vis-à-vis de la reprise, ses difficultés éventuelles. Lors de cet entretien, il est primordial d’être attentif aux signes comportementaux de votre agent : aux changements de comportements, à la présence de symptômes telles qu’une fatigue émotionnelle, une perte de motivation.
  • Les sujets à aborder : leurs ressentis (proposer des listes d’adjectifs pour certains peut aider), leurs besoins, l’organisation du travail et le sens de leur travail, leur satisfaction au travail.
  • Déterminer avec votre équipe des moments rituels : l’objectif étant de favoriser un sentiment de sécurité et de confiance en définissant avec les agents le fonctionnement du service.

Exemples de questions

  • Comment envisagez-vous votre reprise ? Avez-vous des attentes, des craintes ?
  • Quelles sont les difficultés que vous pensez rencontrer dans le cadre de votre reprise ?
  • Ressentez-vous le besoin d'être accompagné pour la réalisation de certaines activités ou pour vous sentir mieux ?
Covid-19
20
On
Santé au travail
3
minute(s)

Déconfinement et retour au bureau : quelles peuvent être les craintes des agents et comment les accompagner ? C'est à cette question d'actualité pour toutes les entreprises que les experts Sofaxis répondent.

17
collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations

Organiser les lieux de vie : les espaces de pause

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Permettre aux agents d’effectuer des pauses de qualité et en sécurité, c’est préserver leur bien-être et leur qualité de vie au travail. Pour ce faire, restez à l’écoute des besoins et des pratiques pré-COVID19.

Conseils pour les salles de pause et de restauration

  • Ne plus utiliser le matériel mis habituellement à disposition pour le collectif (frigo, micro-ondes, ustensiles, couverts, bouilloire, cafetière, fontaine à eau...).
  • Envisager la proposition de bouteilles d’eau ou de gourdes afin de répondre à l’obligation de fournir de l’eau potable aux agents.
  • Sensibiliser le personnel à amener ce dont il a besoin (repas froid dans un sac isotherme, couverts, bouteille d’eau/gourde, thermos pour une utilisation individuelle, tasse).
  • Demander aux agents de laver leur matériel chez eux.
  • Faciliter la prise de repas des agents à leur domicile afin de limiter la présence du personnel dans ces espaces. Il est également possible d’étudier la levée de l’interdiction de manger au bureau le temps de la reprise.
  • Si ces options ne sont pas envisageables ou demeurent insuffisantes, adapter l’espace (manger en quinconce, enlever et placer les chaises pour respecter les mesures de distanciation, espacer les tables, séparations en plexiglass...) et l’organisation (attribuer des créneaux par service afin de de réguler l’afflux du midi...).
  • Aérer au minimum 3 fois par jour (matin, midi, soir) par cycle de 15 minutes.
  • Nettoyer (assises, tables, poignées, interrupteurs...) au minimum deux fois par jour (organisation selon l’utilisation liée à la pause méridienne).

Cas particuliers des SELFS

  • Adapter les postes de travail du personnel servant les agents (vitres plexiglass, EPC/EPI, distanciation, organisation...).
  • Tout comme la salle de restauration, l’organisation de créneaux horaires par service permettra de mieux gérer le flux des agents.Faciliter la prise de repas à domicile ou étudier la levée de l’interdiction de manger au bureau le temps de la reprise peuvent également être des solutions.
  • Mettre du gel hydro-alcoolique à disposition près de l’entrée du SELF et de la caisse.
  • Être vigilant sur la distanciation dans la file d’attente et sur les différents îlots (1 mètre).
  • Arrêter les fontaines à eau et retirer les salières, poivrières, cruches (à remplacer par du matériel individuel : bouteilles d’eau, sachets à usage unique...).
  • Étudier la possibilité de faire porter un masque lors du passage des agents dans cet espace.
  • Aérer et nettoyer avant le premier service, si possible entre les services et à la fin du dernier service.

Et surtout ne pas oublier les espaces fumeurs

  • Préférer un endroit bien aéré et ventilé en extérieur à une cour intérieure ou un fumoir.
  • Éviter le gel hydro-alcoolique avant une pause cigarette (risque de brûlure: alcool + feu). Sensibiliser les agents à l’importance de se laver les mains avec de l’eau et du savon liquide avant de fumer.
  • Fumer nécessite une expiration de l’air plus prononcée que normalement : faire respecter 2 mètres de distanciation entre les fumeurs.
  • Préférer la pause cigarette individuelle à celle en groupe (nécessite une tolérance de l’organisation du travail).
  • Être vigilant concernant la gestion des déchets liée aux mégots (contact avec la bouche, les mains).
  • Rappeler aux agents qu’il ne faut pas toucher la cigarette d’un autre agent (e-cigarette, donner une cigarette).

Pour plus d’informations sur le sujet, consultez le site du Ministère du Travail.

Covid-19
20
On
Santé au travail
2
minute(s)

Les lieux de vie communs au travail, notamment les espaces de pause, représentent des espaces exposant les agents de manière bien particulière au risque COVID-19. Afin d’être harmonieux dans la gestion de ce risque, il demeure important de ne pas oublier ces espaces et d’y appliquer des moyens de prévention adaptés.

12
fiches de prévention covid espace de pause

Organiser les lieux de vie : les espaces de déplacement

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Conseils pour les couloirs et les portes

  • Établir un sens unique dans les couloirs où cela est possible, à double sens lorsque cela est impossible (la matérialisation demeure un facteur clé).
  • Désinfecter régulièrement les poignées des locaux plusieurs fois par jour (nommer un responsable par service).
  • Agir sur l’organisation du travail, notamment pour limiter le flux des agents circulant dans les locaux (horaires d’arrivée et de départ...).
  • Demander aux agents de limiter les déplacements au sein des locaux au minimum durant leur travail (préférer les mails, les appels, les visioconférences).
  • Se renseigner sur les moyens existants pour ne plus toucher les portes avec les mains (au niveau de la poignée ou au niveau du bas de porte, à saisir avec le pied, système individuel type stylo ou crochet).
  • Étudier les possibilités pour créer des portes de sortie différentes des portes d’entrée.
  • Mettre du gel hydro-alcoolique à disposition près de la porte d’entrée et de systématiser son utilisation lors de l’arrivée de l’agent.

Conseils pour les escaliers et les ascenseurs

  • Réserver l’utilisation de l’ascenseur selon la ou les priorité(s) les plus adaptées à votre contexte (montée/descente, à partir du 3ème étage, seulement à certains agents...).
  • Dans tous les cas, chercher à limiter l’utilisation de l’ascenseur à une seule personne à la fois.
  • Si des escaliers de secours sont présents, réfléchir aux possibilités d’utilisation pour créer un sens unique dans les escaliers.
  • Dans l’objectif d’un double sens de circulation sur le long terme, étudier l’installation de rambardes des deux côtés de l’escalier. Ces dernières limiteront le risque de chute généré par une montée et une descente sans possibilité de se rattraper à une rambarde.
  • Organiser le flux des agents circulant dans les locaux pour le limiter (horaires d’arrivée et de départ...).
  • Étudier la possibilité de mettre du gel hydro-alcoolique à disposition près de l’ascenseur et près des escaliers si le contexte le justifie (porte, rambarde).

Conseils pour le parking, un espace à ne pas oublier

  • Tout comme les autres espaces, il est possible d’agir sur l’organisation du travail pour limiter le flux des agents (horaires d’arrivée et de départ...).
  • Sonder les agents afin de savoir si la taille du parking ne créera pas de risque. En effet, le nombre de véhicules peut aussi bien diminuer (mise en place d’un télétravail durable) qu’augmenter (les agents n’effectuent plus de covoiturage, ne prennent plus les transports en commun...). Également, la taille du parking peut être un sujet déjà abordé (insuffisant ou trop limité pour le nombre d’agents).
Covid-19
20
On
Organisation du travail
2
minute(s)

Les lieux de vie communs au travail (espaces de déplacement, sanitaires, espaces de restauration...) représentent des espaces exposant les agents de manière bien particulière au risque COVID-19. Afin d’être harmonieux dans la gestion de ce risque, il demeure important de ne pas oublier ces espaces et d’y appliquer des moyens de prévention adaptés.

24
collaborateurs

Les écoles de musique

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

"Tout pour la musique" (F.Gall)

  • Une désinfection quotidienne (à minima) des locaux doit être assurée.
  • Du gel hydro alcoolique et des masques doivent être fournis pour les enseignants et les élèves.
  • Une aération naturelle doit pouvoir s’effectuer dans les salles de cours. Les salles climatisées dont les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir ainsi que celles en sous-sol sont inutilisables.
  • Réorganisation de l’activité : éviter autant que possible le croisement des personnes. Organiser des circuits au sein des bâtiments et prévoir une signalétique pour faciliter le respect de la règle de distanciation (4m² d’espaces réservés pour chaque individu). Favoriser une organisation par groupe d’élèves sur une période de 15 jours et la mise en place de salles attitrées pour chaque groupe pour la même durée.
  • Nettoyage et usage des différents instruments : favoriser une désinfection régulière des instruments. Il est vivement conseillé de réaliser l’activité avec les instruments personnels des élèves. Pour les cuivres, le port du masque peut compromettre l’activité, il est donc recommandé d’utiliser toujours le même instrument (à minima pour une durée de 30 jours).
  • Le stockage des instruments doit pouvoir être réalisé dans la même salle pendant une durée de 15 jours.

"Corona Minus" (Aldebert)

Au regard des contraintes sanitaires et des difficultés techniques de mise en œuvre qu’elles peuvent engendrer pour certains établissements, il est recommandé de favoriser et/ou de poursuivre l’enseignement à distance. Néanmoins, le respect des gestes barrières permet de réduire grandement l’exposition aux risques, d’autant plus qu’il est relativement aisé de les transmettre aux plus jeunes avec une approche ludo-éducative.

Covid-19
19
On
Santé au travail
1
minute(s)

L’application des gestes barrières (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus) reste la règle essentielle pour protéger la santé des agents et du public, tout en assurant les missions du service public. Des normes s’appliquant à toutes les professions ont été définies mais, par définition, elles ne sont pas adaptées aux différentes activités professionnelles. Par conséquent, il est préconisé d’adapter l’organisation en fonction de la spécificité de l’activité.

17
fiches prévention des risques covid-19 écoles de musique

L'accueil du public

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Protéger les agents

  • L’application des gestes barrières reste la règle essentielle pour protéger les agents (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus).
  • En complément,la collectivité doit organiser le nettoyage complet et la désinfection des locaux et postes de travail. Une attention particulière devra être portée sur les postes de travail partagés entre plusieurs agents, la collectivité pouvant s’organiser pour qu’il n’y ait pas de mutualisation des équipements.
  • L’aération des locaux, trois fois par jour par période 15 minutes, est à organiser pour limiter les risques de propagation du virus.
  • Qu’il s’agisse d’un bénéficiaire du CCAS, d’une personne réalisant une démarche d’état civil, l’agent devra, autant que possible, ne pas rentrer en contact avec des documents. Il devra demander à ce que ces derniers lui soient présentés.
  • Un plan de nettoyage pourra être établi avec périodicité et suivi : des surfaces et équipements de travail, des poignées de portes et boutons, matériels, et plus largement de tout objet et surface susceptible d’entrer en contact avec les mains.

Organiser l'accueil du public

  • Pour éviter l’afflux de personnes dans les locaux et pouvoir gérer les règles de distanciation, la collectivité peut organiser l’accueil des administrés uniquement sur prise de rendez-vous (téléphonique / physique). L’accueil doit être pensé pour n’avoir qu’un administré en salle d’attente.
  • Des solutions de gel hydro alcoolique pourront être disposées aux entrées des bâtiments et salles d’attente du public. L’affichage des consignes (générales COVID-19 et spécifique Mairie) permettra à chacun de se rappeler les bonnes pratiques fixées par le gouvernement.
  • L’aménagement des locaux d’accueil peut aussi être prévu pour apporter une protection collective et faire respecter la distanciation : mise en place d’un bureau complémentaire devant la borne d’accueil, séparation par une vitre plexiglas, etc. Il convient que chaque personne puisse disposer de 4m² d’espace autour de soi.
  • Définir et afficher à l’entrée des locaux les nouvelles dispositions d’accueil du public avec toutes les informations utiles pour respecter les gestes barrières et limiter les risques sanitaires.
  • Les plages horaires pourront être ajustées pour tenir compte des absences du personnel et des contraintes de continuité de service.
  • L’autorité territoriale doit organiser la circulation de son personnel et des administrés dans les locaux afin de pouvoir garantir la distanciation entre chacun.
Covid-19
18
On
Santé au travail
1
minute(s)

Pour protéger la santé des agents et du public tout en assurant les missions du service public, il convient de mettre en place quelques bonnes pratiques de prévention qui permettront de protéger chacun (agent et administré) du risque de contamination.

11
valoriser le sens du travail pour améliorer la QVT

Le confinement augmente-t-il la charge mentale de travail ?

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Confinment et surcharge de travail : VRAI ou FAUX ?

Télétravail et travail à distance en confinement : pas de différence

FAUX

Le télétravail est défini par un décret de 2012 applicable aux collectivités : il est choisi et anticipé (matériel, conditions de travail, formation...), il ne peut dépasser 3 jours par semaine. Bref, il est sans comparaison avec les conditions du travail à distance en confinement : soudaines, non prévues, non choisies, parfois sous-équipées. Autant d’éléments susceptibles d’augmenter la charge mentale.

Acceptez de voir, par moment, une performance en partie réduite, du fait des conditions de travail en confinement.

Confiné chez soi, on organise son travail comme on l’entend

VARIABLE

Le travail à distance imposé à tous de façon exceptionnelle, peut induire une souplesse dans l’organisation de son temps de travail afin de pouvoir allier contraintes personnelles et travail. L’organisation de ce temps de travail doit également prendre en compte la charge mentale. Certains sont amenés à concentrer leur travail sur moins de jours (travail sur 3 jours au lieu de 4 ou 5 jours), entrainant le sentiment d’être débordés.

Ne vous surchargez pas vous-même : plus que jamais, sachez dire NON à certaines sollicitations, proposez une date de report, pour tenir vos objectifs et restez serein(e), ne répondez pas systématiquement dès réception du message.

Parce qu’il y a crise, il est impératif derépondre immédiatement à tous les messages

FAUX

Face à des sollicitations internes nombreuseset pressantes, il peut être tentant de vouloir être hyper-réactif (attention au manque de prise de recul) pour contribuer à gérer la crise et peut-être aussi pour montrer que, depuis chez soi,on peut rester aussi efficace qu’au bureau.

Comme au bureau, prenez le temps de vous organiser : est-ce urgent ? important ? quand puis-je traiter cette demande ? Faites connaître les plages horaires auxquelles vous êtes disponible (dans votre agenda, par messages...).

En confinement, on peut travailler sans être interrompu(e)

FAUX

Chacun peut être confronté à des interruptions de tâches pour différentes raisons : tâches imprévues, manque de cadrage des tâches, réunions fréquentes, pannes de réseau... Elles sont accentuées pour certains postes (encadrement, contacts avec le public...).

Évitez l’hyper-connexion : sachez vous déconnecter (par exemple : lors des repas, le soir, si vous travaillez sur un dossier nécessitant une concertation importante) et acceptez que les autres fassent de même.

En confinement, l’absence de moment d’échanges du type «machine à café» contribue à augmenter la charge mentale des travailleurs à distance confinés

VRAI

Les échanges informels jouent un rôle important (soutien social) et servent aussi de soupape pour gérer la pression. Ils disparaissent ou sont dégradés pendant le confinement qui, de surcroît, dure.

Faites appel aux ressources internes (managers, collègues, RH, informatique...) pour trouver des solutions à d’éventuels dysfonctionnements ou difficultés actuels dans votre travail (autonomie, exigence du travail, soutien social).

Covid-19
16
On
Santé au travail
1
minute(s)

Quand on s’intéresse à la charge mentale, on se penche sur 3 facteurs (selon R. KARASEK et J. SIEGRIST) : autonomie (marge de manœuvre pour s’organiser, réaliser ses tâches), exigences du travail (consignes, rapidité, délai, qualité d'exécution, interruptions...) et soutien social (écoute et aide de collègues et du manager, reconnaissance...). La situation de confinement nous invite à nous interroger : quel est l’impact du travail à distance en confinement sur la charge mentale ? De quelle manière ? Comment éviter la surcharge ?

14
fiche prévention covid confinement augmente-t-il la charge de travail

Les contrôles sur la voie publique

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Le risque biologique, d’ordinaire présent par le contact avec le public, se voit renforcé par la crise sanitaire. Il convient d’adapter les mesures de prévention classiques pour les adapter aux préconisations actuelles.

Quelques règles complémentaires

  • Appliquer au maximum la distanciation en la faisant respecter au public contrôlé,
  • Lors des contrôles, demander au public de présenter les documents et ne pas les prendre en main,
  • Réaliser un nettoyage quotidien du moyen de locomotion utilisé (voiture, vélo...),
  • Privilégier l’accueil téléphonique à l’accueil physique du public dans les bureaux municipaux,
  • Laisser sa tenue de travail dans les bureaux municipaux pour éviter la contamination de son domicile.

Avec le renforcement des contrôles et des cas potentiels d’agressions, des mesures de soutien psychologique existent et peuvent être mis à disposition des agents municipaux chargés de réaliser ces contrôles.

Covid-19
16
On
Santé au travail
1
minute(s)

En cette période de crise sanitaire certaines activités sont essentielles à la vie en communauté. Le rôle des agents de police municipale et celui des gardes champêtres s’est vu étoffé de la possibilité de contrôler et verbaliser les infractions relatives aux mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire (LOI n° 2020-290 du 23 mars 2020).

14
fiche prévention contrôle voies publiques tenue réglementaire policiers municipaux ou asvp

Comment mettre à jour son Document Unique d'Evaluation des Risques

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Risques communs

Sans que cette liste soit exhaustive (et devant être précisée dans le document unique de chaque collectivité) on trouve entre autres les nouvelles situations et évolutions des risques suivants :

  • risque biologique – risque déjà présent. Il est renforcé dans le cadre de la crise sanitaire et doit être mis à jour pour toutes les mesures mises en place visant à juguler le risque,
  • risques psychosociaux – le télétravail mis en place a permis de limiter la propagation du virus mais a également généré de l’éloignement vis-à-vis d’un collectif de travail et de l’isolement professionnel,
  • risques liés à l’organisation – pendant la crise, une collectivité a pu réorganiser ses activités, elle s’est donc adaptée pour faire face à une baisse/hausse d’activité ou une cessation d’une partie du travail effectué. Ces modifications peuvent faire émerger des risques liés à une méconnaissance de la tâche à réaliser, un manque de formation,
  • risques liés à la posture de travail – en télétravail (en «travail à distance»), il n’y a pas forcément la possibilité d’adapter son poste de travail administratif, ce qui peut amener à des troubles musculo-squelettiques ou des troubles visuels.

Risques spécifiques à cetaines activités

Pour chaque unité de travail présente dans le document unique, il faudra se poser la question de savoir si le Covid-19 entraine ou non des risques spécifiques (agression des agents réalisant des contrôles par exemple).

Plan de retour en activité

Suite au confinement, chaque employeur doit penser à une organisation, à des actions qui permettront une reprise d’activité en sécurité pour les personnels. Ces adaptations doivent également figurer sous la forme de plan d’actions dans le document unique de la collectivité

Covid-19
15
On
Protection de l'activité
1
minute(s)

En cette période de crise sanitaire chaque employeur doit mettre à jour son document unique. Quels risques mettre à jour ? Il s’agit des nouveaux risques que la crise amène ainsi que l’évolution des risques présents. Une collectivité est confrontée à des risques généraux (communs à tout le monde) et des risques spécifiques par unité de travail.

14
donner du sens à l'action pour limiter l'absentéisme

Réouvrir les bibliothèques

collectivités territoriales et responsabilité sociétale des organisations
prévention des risques professionnels pour un élu
collaborateurs
Nos conseils en management des risques - focus Covid-19

Protéger les agents

  • Des masques répondants aux normes AFNOR devront être fourni aux agents,
  • Veiller à réapprovisionner le savon dans les sanitaires et mettre à disposition du gel hydro-alcoolique,
  • Lorsque plusieurs personnes travaillent sur le même lieu, veiller à séparer les activités pour éviter les croisements (borne d’accueil, préparation des ouvrages, classement des ouvrages...),
  • Les bornes d’accueil pourront être équipées d’écrans plexiglas de type hygiaphone ,
  • Une attention toute particulière sera portée aux agents sensibles (en lien avec la médecine de prévention) pour envisager ou non la reprise de l’activité.

Organiser l'acceuil du public

  • L’accès libre aux ouvrages et espaces informatiques doit être proscrit. Privilégier une recherche des ouvrages sur internet et les fournir uniquement à la borne d’accueil,
  • Organiser un flux permettant d’éviter que les usagers ne se croisent (entrée et sortie différente),
  • Matérialiser un marquage au sol intérieur et extérieur permettant une distance d’un mètre minimum,
  • Rappeler les consignes et gestes barrières,
  • Imposer un port de masque si nécessaire,
  • Disposer du gel hydroalcoolique à l’entrée et à la sortie des locaux.

Désinfecter les locaux

  • Les désinfectants répondants à la norme EN 14476 sont efficaces pour lutter contre le coronavirus, ainsi que l’eau de javel diluée,
  • Nettoyer les surfaces exposées au moins deux fois par jour, et en plus de l’entretien journalier habituel, nettoyer fréquemment: poignées de portes, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier, interrupteurs, sanitaires, téléphones, claviers / plans de travail,
  • Le port de masque et gants est obligatoire et en adéquation avec la fiche de données de sécurité du produit utilisé.

Désinfecter les ouvrages

  • Les ouvrages pourront être désinfectés avec une lingette imbibée ou mis en quarantaine pour une période de 10 jours pour les documents plastifiés et 3 jours pour les documents cartonnés avant remise en rayon,
  • Après chaque retour et manipulation, il faudra veiller à se laver les mains.

Pour aller plus loin :

Covid-19
14
On
Santé au travail
1
minute(s)

Après une période de fermeture imposée par les conditions sanitaires, les bibliothèques envisagent une réouverture partielle au public à partir du 11 mai.Cela doit néanmoins se faire dans des conditions de sécurité optimales pour les agents et les usagers.

16
conseils management des risques covid ouvrir bibliothèque